Share this photo on Twitter Share this photo on Facebook

365 days, 21 August 2012

Posted by
365 (namur, Belgium) on 21 August 2012 in Documentary & Street.

If you are interested in any of my pictures , feel free to use them.

Basile Pesso from City of Aminus, Paris, France

Ce que je remarque surtout est le sourire du policier comme signe que les choses se passent bien autant qu'il est possible.

21 Aug 2012 5:52pm

@Basile Pesso: C’était le cas.
Mais quand on y réfléchit, faut constater que les bancs publics sont donc réservés pour les grasses fesses des bourgeois, et que les clochards doivent se contenter des pavés pour dormir un peu.

Basile Pesso from City of Aminus, Paris, France

Je sais bien, enfin, pas que bourgeois et gras non plus, y a toi, y a moi, etc.
Dans le métro parisien et sans doute d'autres, tu le sais peut-être, ça fait une dizaine d'années que les bancs ont été enlevés et remplacés par des sièges dont l'ergonomie empêche le confort et empêchent de s'allonger.
C'est "l'urbanisme anti-clodos".

21 Aug 2012 8:05pm

@Basile Pesso: J'ignorais tout de cette ergonomie anti-clochards ! Ce serait plus intéressant de trouver quelque chose pour empêcher les banquiers de faire des bêtises monstrueuses.

Basile Pesso from City of Aminus, Paris, France

Absolument...Les banquiers entre autres.
A ce propos, j'ai écrit un texte chez Maurizio qui devrait t'intéresser.

21 Aug 2012 8:29pm

@Basile Pesso: J'ai répondu à Sue-Ann.

Sue-Ann from Quebec, Canada

J'avais lu pour les sièges anti-clodos... c'est horrible mais chez nous on ne les tolère pas dans les métros et la nuit c'est fermé... s'ils sont dans l'entrée, on appelle les flics et ils dégagent, ils ne sont les bienvenus nulle part sauf dans leurs refuges où ils ne veulent pas aller parce qu'ils doivent se laver et qu'ils ne peuvent boire. Aujourd'hui on est allé en ville, on en rencontre quelques uns, ils ne quêtent pas, ils vendent un journal d'itinérant. Une fois la semaine je les rencontre, je leur laisse leur journal et comme je sais qu'ils gagnent $1.50 par journal vendu, je leur donne l'argent et leur laisse le journal... ils restent dignes, ils ne mendient pas et un autre nous donne un poème qu'il a écrit, il est roulé et attaché avec une corde... je les aime aussi sans avoir le même rapport que toi avec eux...

22 Aug 2012 2:10am

@Sue-Ann: J'ai parlé avec un que j'ai photographié. Il avait une boucherie dans une petite ville, puis les grandes surfaces commerciales sont arrivées et les petits commerçants ont tous disparu les uns après les autres. Cet homme a mal supporté cette situation; déprime, alcoolisme, et voilà quelqu'un qui avait une vie "normale" devenu clochard. Vu le chômage qui atteint des taux intolérables dans des pays tels que la Grèce ou l'Espagne, beaucoup d'autres hommes connaîtront ce parcours !

Lucia from Bahia, France

belle image

22 Aug 2012 8:45am